Végétarisme

 

Un des principes fondamentaux de la philosophie yogique est Ahimsa, la non-violence envers tous les êtres vivants. Comment donc pourrait-on se dire pratiquer le yoga sans être végétarien?

Pattabhi Jois, grand maitre du yoga Ashtanga, affirma que les Occidentaux, parce qu'ils n'étaient pas élevés comme végétariens, ne seraient jamais capables d'apprendre les postures physiques difficiles du système Ashtanga.  Il alla même jusqu’à dire que : « manger de la viande rend rigide ».

Pour moi la préparation et consommation de la nourriture est une expérience sacrée, une méditation à part entière. Cette pratique doit être basée sur les principes de compassion et de non-violence. Apres tout: nous sommes ce que nous mangeons, d’où l’importance de chaque aliment que nous consommons ainsi que l’énergie que nous mettons dans la préparation.

Les raisons qui m’ont menées au végétarisme sont nombreuses, et les bénéfices tant au niveau physique que psychique ont transformés ma vie.

Quelques aspects à prendre en considération :

Côté santé: Une alimentation végétarienne réduit de beaucoup les risques de cancer, de maladies inflammatoires, d’hypertension, de maladies cardio-vasculaires, d’obésité, de diabète, de maladies rénales, d’empoisonnement alimentaire, d’ostéoporose, de démence et j’en passe…

Souffrance animale: L’élevage maintient les vaches, veaux, porcs, poulets, dindes, canards et autres animaux dans des étables, des cages, des caisses ou des hangars surpeuplés, souvent incapables de faire un simple demi-tour. Privés des soins vétérinaires, d'exercice, de la lumière du soleil et même de l'herbe sous leurs pieds, ces êtres vivants, intelligents, sensibles, dont les comportements ressemblent tellement aux nôtres, souffrent et meurent au rythme de millions par jour. Choisir un régime végétarien, c’est dire non aux horreurs de l’élevage et de l’abattage des animaux.

Considérations économiques et écologiques: A ce niveau, les chiffres parlent d’eux-mêmes… Il faut 15000 litres d’eau pour produire 1 kg de bœuf. L’élevage représente 18% des émissions de GES (devant les transports à 14%). L’élevage est responsable de 80% de la déforestation mondiale. 70% des surfaces agricoles sont utilisées par l’élevage, et il faut 7 fois plus de surfaces agricoles pour un régime carné qu’un régime végétal. La viande d’un porc peut fournir 200 repas, ce qu’il a mangé durant sa vie aurait pu fournir 3000 repas. Toutes les cultures à destination des animaux d’élevage pourraient éradiquer la faim dans le monde (14 fois).

Pour finir cette citation de Paul McCartney, un végétarien de longue date: « Si les abattoirs avaient des murs en verre, tout le monde serait végétarien »
A méditer...